Brigitte ALLAIN

Députée de la Dordogne

Membre de la commission du développement durable


Autoportrait

«   Je suis née le 23 avril 1956 à Bergerac. Je réside à Bouniagues, au sud de la Dordogne. Depuis l’âge de 20 ans, je suis paysanne sur une exploitation familiale de 60 ha dont 20 en vigne (AOC Bergerac), co-gérée en EARL  avec son mari.

Je suis engagée dans le combat syndical avec les Paysans Travailleurs, dès 1978, pour faire valoir le droit au revenu des paysans.


J’ai participé à la construction de la Confédération Paysanne, notamment en Dordogne et en Aquitaine pour défendre l’agriculture, citoyenne, respectueuse de l’environnement, de ses travailleurs et des consommateurs et pour ses valeurs de répartition et de solidarité. 
En 2003, je deviens porte-parole nationale de la  Confédération paysanne. J’ai partagé d’ailleurs cette fonction avec José Bové et Jean-Émile Sanchez


Je me suis rapprochée d’Europe Ecologie Les Verts durant la campagne des élections européennes de 2009, puis aux régionales de 2010. Devenue coopératrice à EELV puis, candidate, j’ai été élue députée dans la deuxième circonscription de la Dordogne aux élections législatives de juin 2012.

Lors de mon mandat et au sein de la Commission des affaires économiques à laquelle je siège, je donnerais la priorité à la ruralité, en réformant l’agriculture vers plus de durabilité, en redynamisant l’économie et les services de proximité : Pour des territoires ruraux vivants, fiers et solidaires !

Je suis également  Co-Présidente du groupe d’étude ruralité, Secrétaire de la délégation aux Outre-mer et vice-présidente de la délégation française de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.
 » 

Son portrait dans Libération

Son activité parlementaire à la loupe


Autres fonctions

Co-Présidente du groupe d’étude ruralité,

 

Secrétaire de la délégation aux Outre-mer

 

Vice-présidente de la délégation française de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe

 

Coordonnées en circonscription

Permanence Parlementaire de Brigitte Allain
28/30, rue Bourbarraud

24100 BERGERAC

 
Tél. : 
 05.53.23.74.46  

Fax : 05.53. 27.23.41

 

permanence.ballain@orange.fr

 

Coordonnées à l’Assemblée

Brigitte Allain

Députée de la Dordogne

ASSEMBLEE NATIONALE

126, rue de l’Université

75007 PARIS

 

Tel : 01.40.63.96.05

 

ballain@assemblee-nationale.fr

Les 5 derniers articles publiés sur son site internet

POLITIQUE COMMUNE DE LA PÊCHE ET AQUACULTURE : LES ÉCOLOGISTES RÉCLAMENT LA MISE EN PLACE D’UN PLAN DE PROTÉINES VÉGÉTALES (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

Lancement du Comité des élus pour les alternatives au Pesticides (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

Parlement des enfants à Saint Nexans – Madame La Députée rencontre Madame La Députée Junior (mar., 26 mars 2013)
>> Lire la suite

Visite de Hael Al Fahoum, ambassadeur de la Palestine en France (mar., 26 mars 2013)
>> Lire la suite

PLAN D’INVESTISSEMENT POUR LE LOGEMENT : QUAND L’ÉCOLOGIE CONCRÈTE RIME AVEC EMPLOIS (ven., 22 mars 2013)
>> Lire la suite

 

      Suivre Brigitte Allain sur Facebook en cliquant sur l’icône


Equipe parlementaire

Mathilde THERY,

Attachée parlementaire, Assemblée nationale-Paris

En charge des dossiers nationaux et du travail législatif, du lien avec le groupe parlementaire et de l’agenda de Brigitte Allain

 

Kamel DEMBRI, Attaché parlementaire Bergerac

En charge de la relation avec les structures et collectivités, de l’agenda de Brigitte Allain et de la coordination des dossiers

Gwennaelle SALESS, Attachée parlementaire Bergerac

En charge des dossiers sociaux et sociétaux

Mathilde BOEUF, Attachée parlementaire Bergerac

En charge des dossiers agriculture et ruralité


Son actualité sur le site du groupe écologiste à l’Assemblée nationale

mar.

26

mars

2013

POLITIQUE COMMUNE DE LA PÊCHE ET AQUACULTURE : LES ÉCOLOGISTES RÉCLAMENT LA MISE EN PLACE D’UN PLAN DE PROTÉINES VÉGÉTALES

L’Assemblée nationale vient d’adopter, contre l’avis des écologistes, une résolution sur la réforme de la pêche bien en deçà des avancées importantes obtenues par les eurodéputés en juin.

 

Jean-Louis Roumégas, Danielle Auroi et Brigitte Allain, député-e-s écologistes, considèrent que ce texte repousse une nouvelle fois la mise en place d’une politique de la pêche durable. En  effet, le principe de rendement maximum durable (RMD) est repoussé de 2015 à 2020 et la France ne s’impose plus d’échéance pour atteindre l’objectif d’élimination des rejets de poissons, qui constituent aujourd’hui 30% de prises ! Les écologistes ont porté dans le débat une vision à long terme, européenne et solidaire. 

Alors que l’état des stocks de poissons est dramatique (en Europe, 88 % des stocks de poissons sont exploités au maximum ou surexploités) et que les scandales alimentaires se succèdent, les députés écologistes demandent : 

 

– le respect de l’objectif de Rendement Maximum Durable  d’ici 2015 ;
– l’interdiction totale des rejets d’ici 2017 ;
– un moratoire sur le recours aux farines animales dans l’alimentation des poissons au niveau européen ;
– la mise en place d’un plan national de développement des protéines végétales sans OGM ;
– un plan de développement de l’aquaculture privilégiant les espèces herbivores sur les espèces carnivores.

L’Europe ne couvre que 22% de ses besoins en protéines végétales, substitut aux protéines animales (et aux farines animales) économiquement et environnementalement profitable. Il serait techniquement possible de réduire les importations de soja d’Amérique de 41% grâce à une augmentation de la production de légumineuses à hauteur de 7% dans les terres arables. L’Europe doit de toute urgence se saisir de cette opportunité.

 


Lire la suite 4 commentaires

jeu.

21

mars

2013

« LA TRAÇABILITÉ ALIMENTAIRE EST UNE CONDITION NÉCESSAIRE MAIS NON SUFFISANTE POUR GARANTIR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES PRODUITS »

La traçabilité est nécessaire afin de connaître les étapes de la production d’un bien, afin que chaque acteur soit responsable de ses pratiques et que l’État puisse remonter la filière rapidement à la suite d’un incident. Dans la nouvelle période de scandale que nous sommes en train de vivre, qui mélange à la fois manque de transparence avec l’affaire de la viande de cheval et risque sanitaire avec l’autorisation des farines animales, la question centrale est de savoir comment garantir la sécurité et la « confiance alimentaire ».

 

Les consommateurs ont des attentes légitimes quant aux produits qui leur sont vendus. Ils font confiance aux autorités sanitaires et à la loi : quand on leur propose des lasagnes au bœuf, ils ne s’attendent pas à ce qu’il y ait du cheval ; quand on leur propose des légumes, ils ne s’attendent pas à ingurgiter des doses inimaginables de pesticides ; quand on leur propose des nuggets, ils ne s’attendent pas à ce qu’ils soient constitués de peaux et d’abats de poulet ; quand on leur propose du saumon, ils ne s’attendent pas à ce qu’ils soient nourris aux farines de porc, bourrés d’antibiotiques et colorés pour avoir un aspect plus attrayant.

 

Alors, soyons raisonnables, relocalisons la chaîne alimentaire. Nous avons énormément à gagner, d’un point de vue environnemental, économique et social, à produire, transformer et consommer en France. Soyons raisonnables, et arrêtons de courir après des chimères d’une industrie agroalimentaire française qui nourrirait la planète à bas coûts. Soyons raisonnables, ne laissons pas les maîtres de la distribution dicter leur loi du moins-disant, asservissant producteurs et transformateurs à des pratiques sans éthique.

« Il y a un minimum de critères de production à respecter, de relations commerciales à assainir et d’information à apporter. Une éthique des produits, des pratiques et des espèces animales et humaine doivent être réinstaurées : on ne nourrit pas des vaches avec des vaches ; on n’alimentera pas des humains avec des sous-produits. »

Brigitte Allain

Députée de Dordogne


Lire la suite 0 commentaires

mer.

13

mars

2013

LES DEPUTE-E-S ECOLOGISTES DEPOSENT UNE PROPOSITION DE RESOLUTION SUR LA PREVENTION D’UNE CATASTROPHE NUCLEAIRE (via AFP)

PARIS – Le groupe des députés écologistes a présenté mercredi, soit près de deux ans après l’accident de Fukushima, une proposition de résolution sur la prévention et l’anticipation d’une catastrophe nucléaire, exigeant une transparence complète.

Nous voulons que l’ensemble des études menées sur les centrales par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) soit rendu public, de façon à ce qu’il y ait une transparence complète, a indiqué le député écologiste Denis Baupin en conférence de presse.

Les auteurs de cette proposition de résolution ont également souhaité que soient complétés les audits de sûreté effectués en France suite à Fukushima, afin de prendre en compte les risques qui avaient été exclus alors, à savoir le risque terroriste, le risque de piratage informatique, le risque de crash d’avion et le risque d’erreur humaine.

M. Baupin, qui s’est inquiété de l’état de vieillissement du parc nucléaire français, a par ailleurs préconisé que les pays voisins soient associés, au quotidien, à la sûreté nucléaire dans le cas de centrales situées dans des zones frontalières.

Le groupe EELV a demandé que cette proposition de résolution soit inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale dans les prochaines semaines mais, même si elle était adoptée, elle n’a pas valeur de loi. Elle avait été annoncée dimanche, après la publication par le Journal du Dimanche d’un rapport confidentiel de l’IRSN estimant que le coût d’un accident nucléaire majeur pouvait aller jusqu’à 5.800 milliards d’euros.

 

Pour consulter la proposition, cliquez ici


Lire la suite 0 commentaires

mar.

19

févr.

2013

RÉINTRODUCTION DES PROTÉINES ANIMALES DANS LA PISCICULTURE : NON, MERCI !

L’insuffisance des contrôles et de la traçabilité des produits a été mise en lumière dans l’affaire des lasagnes à base de viande de cheval. Pourtant, la Commission européenne réintroduit aujourd’hui les farines animales dans l’alimentation des poissons d’élevage et demain dans l’alimentation des volailles et des porcs.

 

Pour répondre à l’inquiétude grandissante des français quant à la qualité de leur alimentation, Brigitte Allain demande à Guillaume Garot de mettre en œuvre le principe de précaution afin de préserver la santé de nos concitoyens.

Brigitte Allain:

Ma question s’adresse à M. le ministre délégué chargé de l’agroalimentaire. Le groupe écologiste tient à relayer les vives inquiétudes de nombreux consommateurs, citoyens et agriculteurs, quant au chemin que prend la filière agroalimentaire mondialisée.

Dernièrement, l’insuffisance des contrôles et de la traçabilité des produits a été mise en lumière dans l’affaire des lasagnes à base de viande de cheval. Aujourd’hui, la Commission européenne réintroduit les farines animales dans l’alimentation des poissons d’élevage et demain dans l’alimentation des volailles et des porcs.

Rappelons que ce sont ces mêmes farines animales qui ont été responsables de la crise de la vache folle.

L’industrie agroalimentaire est entrée dans une course mondialisée au moins-disant et au moins cher, entraînée par une spéculation à outrance. En France, 99 % de la viande consommée provient d’un élevage industriel.

 

Nous ne pouvons passer à côté d’une réforme en profondeur. Il s’agit de poser des garde-fous contre les pratiques frauduleuses et les dérives, malheureusement trop courantes. Nous souhaitons une réorientation des filières agroalimentaires vers une production relocalisée d’aliments sains, reposant sur le respect permanent de la santé et de la biodiversité.

 

Je vous demande, monsieur le ministre, de rassurer nos concitoyens sur les mesures que vous allez prendre. Comment comptez-vous mettre en œuvre le principe de précaution ? Comptez-vous interdire les farines animales par un moratoire, à l’instar des OGM ? Selon quelles modalités et quel calendrier entendez-vous mettre en place un étiquetage portant sur l’origine et la nature des matières premières utilisées dans les produits transformés, de même qu’un étiquetage portant sur le mode d’élevage des animaux et un affichage environnemental des produits alimentaires ? Merci de nous éclairer sur votre plan d’action.

 

>> lire la réponse du ministre


Lire la suite 0 commentaires

mar.

12

févr.

2013

LES 17 DEPUTE-E-S ECOLOGISTES CHOISISSENT L’EGALITE

 

Les 17 député-e-s écologistes ont voté le texte présenté par le gouvernement ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe.

 

 » Ce long débat a démontré que c’est ici, dans cet hémicycle, que bat le coeur de notre démocratie. Par ce vote, dont nous sommes fiers, nous faisons en sorte que la République donne corps à sa promesse : celle d’assurer l’égalité à tous ses enfants, a estimé Sergio Coronado. Ce texte changera la vie d’hommes, de femmes et d’enfants, de familles qui ne seront plus obligées de bricoler leur vie. Merci, madame Taubira, grâce à vous, nous pouvons être fiers du vote que nous exprimons. »

 

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi par 329 voix contre 229.


Lire la suite 0 commentaires

lun.

04

févr.

2013

ABEILLES-PESTICIDES : UNE BONNE PROPOSITION !

Le Groupe écologiste de l’Assemblée Nationale salue la proposition de la Commission européenne d’interdire certains pesticides. Ces pesticides, de la famille des néonicotinoïdes, ont été jugés responsables de la mortalité des abeilles. Tirant les leçons d’un réexamen de leur toxicité, à la demande de la France,  la commission européenne a proposé de suspendre pour quelques années leur utilisation.

 

Les député-e-s du Groupe écologiste souhaitent que les Gouvernements nationaux se mobilisent pour adopter cette proposition de la commission fin février et l’améliorer, en demandant le retrait complet de ces pesticides. Dès leur arrivée à l’Assemblée, les député-e-s du Groupe écologiste sont allés dans ce sens, en proposant, à l’initiative de Laurence Abeille, députée du Val de Marne, une résolution de moratoire sur les pesticides néonicotinoïdes.

 

Brigitte Allain, députée de Dordogne, et spécialiste des questions agricoles conclut : « les citoyens bougent, les institutions bougent,  c’est le moment de réévaluer certains produits autorisés il y a trop longtemps, notamment leurs effets cocktails !  Au niveau français, la Loi d’avenir agricole nous offrira l’opportunité de  redéfinir les objectifs et les moyens qui seront alloués au plan ECOPHYTO en prenant en compte les avancées scientifiques les plus récentes et les demandes de la société. Le groupe écologiste veillera également à la réussite du « Plan Abeille », qui sera prochainement lancé par le Ministre de l’agriculture


Lire la suite 0 commentaires

mar.

15

janv.

2013

LE CSA DOIT GARANTIR LE PLURALISME DANS L’EXPRESSION DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES AGRICOLES

Alors que les organisations syndicales agricoles sont en pleine campagne électorale afin de déterminer leurs représentativités respectives, la décision du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) de donner une sur-visibilité médiatique à un seul syndicat agricole, aujourd’hui majoritaire, paraît incompatible avec le principe du pluralisme.

 

Sont visées : les trois émissions d’expression exclusive de la FNSEA, fixées sur France 2, France 3 et France 5, dans le courant du mois de janvier juste avant l’ouverture des votes par correspondance ! 

 

Les élections aux chambres d’agriculture ont lieu tous les 6 ans. Elles constituent une échéance importante permettant de donner les indicateurs d’orientation de la politique agricole nationale. Alors que des évolutions essentielles sont engagées pour assurer la transformation du modèle de production agricole, toutes les organisations professionnelles doivent bénéficier de droits d’expression au moins à la hauteur de leur représentativité. 

 

La décision du CSA contrevient au principe de garantie du pluralisme qui est au cœur de la mission du Conseil. 

 

Les députés écologistes demandent aux « sages » de l’audiovisuel de reconsidérer leur décision et, dans l’attente, de suspendre la diffusion du programme contesté durant la période de la campagne.

 


Lire la suite 0 commentaires

mar.

27

nov.

2012

Santé publique : comment garantir l’innocuité des vaccins ?

Brigitte Allain, députée de la Dordogne, a interpellé la ministre des Affaires sociales sur la nécessité de renforcer les garanties sanitaires concernant les vaccins et leurs adjuvants.

 

Alors que les victimes des sels d’aluminium dans les vaccins viennent de commencer une grève de la faim, que le procès des faucheurs volontaires s’est ouvert hier à Tours, que M. Séralini bouleverse chaque jour les analyses sur la toxicité du maïs génétiquement modifié NK603, que des milliers de personnes attendent l’interdiction totale du bisphénol A, ou encore que les victimes de l’amiante ou du Mediator continuent leur combat, la loi sur les lanceurs d’alerte adoptée la semaine dernière au Sénat démontre pleinement sa nécessité.

 

Aujourd’hui, la mise sur le marché d’aliments, de médicaments ou d’autres substances est validée en l’absence de certitude quant à l’innocuité des produits qui les composent ; or c’est le contraire qui devrait être vérifié. En effet, une mise sur le marché n’est acceptable que si l’absence de risque est démontrée. Parallèlement, la recherche publique doit disposer de moyens financiers suffisants et du temps nécessaire pour réaliser les études indépendantes.

 

Je vous demande, madame la ministre, de mobiliser toutes les compétences de votre ministère pour prévenir et éviter les risques, comme c’est le cas aujourd’hui pour les vaccins et les médicaments. Pouvez-vous garantir l’innocuité de ces produits ? Envisagez-vous une révision des processus d’autorisation et de contrôle des vaccins et des médicaments, afin de protéger la santé des citoyens ? 

Madame Allain, vous avez raison de souligner qu’il est absolument indispensable de mieux garantir la sécurité de la population face aux risques sanitaires, qui sont aujourd’hui de plus en plus nombreux dans notre environnement.


Pour atteindre cet objectif ont été mises en place des agences d’experts indépendantes qui doivent pouvoir donner une information transparente, objective et fiable ; je pense notamment à la Haute autorité de santé ou à l’Agence nationale de sécurité du médicament.

 

Toutefois, nous savons bien qu’il faut aller au-delà et se donner les moyens d’être particulièrement attentifs aux signaux d’alerte qui nous sont envoyés, même lorsque ces signaux sont de faible intensité. C’est dans cet esprit qu’a été discutée au Sénat, il y a quelques jours, une proposition de loi sur la Haute autorité de santé environnementale, et que demain l’Assemblée nationale discutera de nouveau de l’interdiction du bisphénol A.

 

Concernant la question des vaccins, sur laquelle vous m’interrogez plus spécifiquement, je vous indique que l’association E3M ainsi que les professeurs Gherardi et Authier, de l’INSERM, ont été reçus à mon cabinet afin d’évoquer la question des adjuvants aluminiques, qui fait encore l’objet de débats scientifiques.

Souhaitant que la recherche puisse se poursuivre, j’ai demandé à mes services de dresser un état des lieux pour l’ensemble des vaccins disponibles, qu’ils contiennent ou non de l’aluminium. Nous devons en effet garantir à l’opinion publique et aux Français une information fiable et indépendante, afin que les choix de la vaccination se fassent en toute sécurité et en toute transparence. 

 


Lire la suite 0 commentaires

mar.

27

nov.

2012

RISQUES SANITAIRES DES ADJUVANTS DANS LES VACCINS

La mise sur le marché des produits n’est acceptable que si l’absence de risque est expressément démontrée. Au nom du groupe écologiste, Brigitte Allain, députée de Dordogne, interroge Marisol Touraine.

 

Brigitte Allain :

Ma question s’adresse à Mme la ministre des affaires sociales et de la santé. Alors que les victimes des sels d’aluminium dans les vaccins viennent de commencer une grève de la faim, que le procès des faucheurs volontaires s’est ouvert hier à Tours, que M. Séralini bouleverse chaque jour les analyses sur la toxicité du maïs génétiquement modifié NK603, que des milliers de personnes attendent l’interdiction totale du bisphénol A, ou encore que les victimes de l’amiante ou du Mediator continuent leur combat, la loi sur les lanceurs d’alerte adoptée la semaine dernière au Sénat démontre pleinement sa nécessité.

Aujourd’hui, la mise sur le marché d’aliments, de médicaments ou d’autres substances est validée en l’absence de certitude quant à l’innocuité des produits qui les composent ; or c’est le contraire qui devrait être vérifié. En effet, une mise sur le marché n’est acceptable que si l’absence de risque est démontrée. Parallèlement, la recherche publique doit disposer de moyens financiers suffisants et du temps nécessaire pour réaliser les études indépendantes.

 

Je vous demande, madame la ministre, de mobiliser toutes les compétences de votre ministère pour prévenir et éviter les risques, comme c’est le cas aujourd’hui pour les vaccins et les médicaments. Pouvez-vous garantir l’innocuité de ces produits ? Envisagez-vous une révision des processus d’autorisation et de contrôle des vaccins et des médicaments, afin de protéger la santé des citoyens ?

 

>> lire la réponse de la ministre


Lire la suite 0 commentaires

mar.

20

nov.

2012

RECONSTRUCTION DU COMMISSARIAT DE BERGERAC

Permettre un accueil respectueux et confidentiel des personnes et garantir de bonnes conditions de travail aux agents de police : par la voix de Brigitte Allain, députée de Dordogne, le groupe écologiste attire l’attention de Manuel Valls.

 

 

 

Brigitte Allain :

Monsieur le ministre de l’intérieur, les fonctionnaires de police exercent sur tout le territoire des missions de service public de la plus haute importance. Ils assurent la sécurité des citoyens, doivent être à l’écoute des victimes, réalisent des actions de prévention. Ils sont en lien direct avec la population et représentent ainsi un service de proximité incontournable.


Par ma question, je souhaite vous alerter sur la situation invraisemblable et particulière du commissariat de police de Bergerac. Cet établissement, que j’ai visité il y a quelques semaines, est dans un état général d’insalubrité et d’insécurité. Le plafond d’un des bâtiments s’est effondré, et voilà plusieurs mois qu’il est maintenu avec des étais.

Les cellules de garde à vue sont indignes d’un accueil respectueux des personnes. Il n’y a pas les espaces de discrétion nécessaires au travail des médecins et des avocats et à l’accueil confidentiel des victimes. Celles-ci sont trop souvent confrontées à leur agresseur, d’autant que la majorité des plaintes sont d’ordre familial et/ou privé : femmes battues, harcèlement sexuel. Cette semaine, nous manifestons contre les violences faites aux femmes. Mais comment déposer plainte dans un tel cadre, lorsque la confidentialité ne peut même pas être assurée ?
La révision générale des politiques publiques a conduit à une très forte réorganisation et à une baisse des effectifs, mais elle ne doit pas être synonyme de dégradation des services publics. Quel respect témoigne-t-on aux policiers qui travaillent dans de telles conditions ?

 

Un site pour un nouveau commissariat a été acquis par le ministère de l’intérieur. Les plans en sont même arrêtés. Un grand projet de lycée des métiers de la région Aquitaine va enfin voir le jour à Bergerac, sur le site de l’ancienne caserne, donc tout autour de ce commissariat d’un autre siècle. Monsieur le ministre, quelle est la pertinence d’engager des travaux de réfection d’un établissement désuet, alors que l’urgence d’un bâtiment neuf et du déménagement du commissariat vers un lieu plus approprié est ressentie par tous nos concitoyens ?

 

>> lire la réponse du ministre


Lire la suite 0 commentaires

mer.

07

nov.

2012

Adoption du budget agricole dans le projet de loi de finances : la réorientation durable de l’agriculture française doit être la prochaine étape

Mardi 6 novembre, la mobilisation des députés écologistes sur le sujet agricole a été forte. Brigitte Allain, députée de Dordogne, et chef de file écologiste sur le sujet, a reçu, depuis plusieurs semaines, les propositions de multiples organisations agricoles et a formulé, en accord avec son groupe, des propositions pour donner une orientation claire pour une agriculture qui favorise l’emploi et rend durable son outil de travail. Eric Alauzet, député écologiste du Doubs, a été désigné rapporteur sur la sécurité alimentaire. Il a saisi cette occasion pour exiger une recherche publique indépendante, sans conflits d’intérêt, notamment sur la question des OGM.

Le budget pour l’agriculture a été relativement maintenu par rapport aux autres budgets (baisse de 3%). Cependant les députés écologistes regrettent que le budget présenté ne traduise pas un discours volontariste de réorientation. Il maintient les équilibres financiers et politiques existants.

 

Les députés écologistes ont travaillé au renforcement des aspects sociaux agricoles : la prolongation du crédit d’impôt sur les congés pour les éleveurs, la réévaluation des retraites agricoles, l’introduction de plus d’équité dans les indemnités maladie, la protection de l’emploi des petites et moyennes exploitations, ainsi qu’à garantir des aides à l’installation pour 6 000 jeunes agriculteurs en 2013.

En séance, les députés de l’opposition ont tenté de faire passer en force une mesure d’exonération des cotisations patronales pour… 9% des travailleurs occasionnels. Les écologistes souhaitaient conserver cette exonération pour les plus petits producteurs. Finalement l’exonération a été recentrée, mais elle se trouve compensée par les nouvelles annonces de crédit d’impôt pour les entreprises, suite au rapport Gallois, qui s’appliquera aux exploitations agricoles.

Les écologistes se sont également engagés dans leur mandat à développer une agriculture durable et de proximité, en demandant la suppression des niches fiscales anti-écologiques, notamment sur les agro-carburants de première génération (-270M par an), le redéploiement du financement des structures de développement et des mesures d’accompagnement des agriculteurs vers une agriculture durable (+5M) et la consolidation des fonds de la recherche sur l’agriculture biologique (+50M).

 

Le Ministre de l’agriculture s’est engagé à « repenser globalement » les réformes de politique agricole. Les députés écologistes appellent fortement à ce que loi d’avenir agricole de 2013 pose les conditions d’une politique agricole et alimentaire relocalisée plus juste et plus durable. C’est sur la base de cette confiance, et dans l’élaboration de mesures fortes dans la loi d’avenir agricole, que le groupe écologiste, a voté la mission agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales du projet de loi de finances pour 2013.

 


Lire la suite 0 commentaires

mer.

25

juil.

2012

ÉPANDAGES AÉRIENS AGRICOLES

Lutter contre la fragilisation du monde rural et mieux répondre aux besoins alimentaires, sociaux et environnementaux : par la voix de Brigitte Allain, députée de Dordogne, les écologistes interpellent Stéphane Le Foll.

 

Brigitte Allain :

Monsieur le président,

Ma question s’adresse à M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Monsieur le ministre, le dernier recensement agricole atteste la disparition d’un quart des paysans au cours des dix dernières années, soit cinquante exploitations en moins chaque jour.

Avec la fragilisation de ses acteurs ruraux, on assiste à la fracture irréversible du monde agricole : d’un côté, la désertification et la déprise agricole, de l’autre, des exploitations toujours plus grandes, spécialisées et de plus en plus gourmandes en pesticides, pétrole et autres intrants. La politique agricole actuelle est devenue le nouvel Eldorado des spéculateurs, sans qu’on se soucie de répondre aux besoins alimentaires, sociaux et environnementaux. J’en veux pour preuve la scandaleuse distribution de dérogations qui autorisent les épandages de pesticides par voie aérienne dans les champs pendant l’été. Alors que ces dérogations devraient être exceptionnelles, elles sont devenues la règle. Les produits utilisés comportent des matières dangereuses pour la santé humaine, animale et pour la biodiversité.


Monsieur le ministre, vous avez annoncé une prochaine loi agricole, aussi je vous interroge sur ses ambitions. Envisagez-vous de donner une véritable orientation à cette loi ou sera-t-elle un texte déclinant un cadre européen pour la PAC ? Comptez-vous lancer un débat ouvert et décentralisé d’orientation agricole et alimentaire dans les prochaines semaines ? Le monde rural ne pourra se contenter d’une loi réglant les affaires courantes.

 

>> lire la réponse du ministre


Lire la suite 0 commentaires

sam.

07

juil.

2012

Déclaration de principes de création du groupe écologiste de l’Assemblée Nationale

Lire la suite

DEBATS LEGISLATIFS A LA UNE

OUVERTURE DU MARIAGE AUX COUPLES DE MEME SEXE

SEPARATION ET REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES


Europe Écologie Les Verts

Ile-de-France : Enquête publique du sdrif, mode d’emploi (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

Convention nationale de Grenoble : « Egalité des territoires : mythe ou réalité ? » (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

(AFP) Prostitution: le Sénat abroge le délit de racolage passif (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

La filière photovoltaïque en crise: un plan d’aide s’impose (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

Abandon par Bosch de sa filière photovoltaïque ? Une catastrophe industrielle à Vénissieux et en Europe (ven., 29 mars 2013)
>> Lire la suite

Le site du groupe écologiste du sénat

Les écologistes défendent la suppression du délit de racolage (jeu., 28 mars 2013)
>> Lire la suite

« Abroger un délit inutile et inefficace, le délit de racolage public. » (jeu., 28 mars 2013)
>> Lire la suite

« Parce que je suis humaniste, je ne puis croire que la pénalisation soit la voie de la rédemption sociale. Surtout lorsqu’elle prend comme cible les plus vulnérables des personnes prostituées. » (jeu., 28 mars 2013)
>> Lire la suite

« Si nous nous comportons comme de mauvais amuseurs publics nous aurons un jour des taux d’abstention records aux élections et l’entrée en politique de nouveaux « amuseurs publics ». (jeu., 28 mars 2013)
>> Lire la suite

« Plus le temps passera, plus l’absence des résistants se fera vive dans un pays qui n’aura jamais connu une aussi longue période de paix au cours de toute son histoire. » (jeu., 28 mars 2013)
>> Lire la suite

The Greens | European Free Alliance – Presse

EU-Haushalt – EU-Nachtragshaushalt reicht nicht aus, um eingegangene Verpflichtungen zu honorieren (jeu., 28 mars 2013)

>> Lire la suite

Environnement et énergie – Trou d’air dans la politique climatique européenne (mer., 27 mars 2013)

>> Lire la suite

Russland – Wer die Zivilgesellschaft verfolgt, darf keine freie Fahrt in Europa genießen (mar., 26 mars 2013)

>> Lire la suite

Recyclage des navires – Les députés européens renforcent la réglementation pour mettre fin à la pratique inique de l’échouage (mar., 26 mars 2013)

>> Lire la suite

Migration/Etudiants – Une directive européenne pour améliorer la mobilité des jeunes étrangers (lun., 25 mars 2013)

>> Lire la suite

Fédération des Elu/es Verts et Ecologistes

Toulouse, 9 et 10 avril : Les Régions préparent l’avenir. (Thu, 21 Mar 2013 10:40:16 00:00)
>> Lire la suite

Vers une agence de financement des investissements locaux. (Wed, 20 Mar 2013 15:12:28 00:00)
>> Lire la suite

Le Parlement Européen enterre la réforme de la PAC (Fri, 15 Mar 2013 14:43:38 00:00)
>> Lire la suite

Revolution énergétique : une chance pour sortir de la crise ! (Mon, 25 Feb 2013 11:24:38 00:00)
>> Lire la suite

Journées des élu/es municipaux 2013 (Mon, 11 Feb 2013 16:10:29 00:00)
>> Lire la suite