Transition énergétique, séance, (triste) acte 4

Désespérant. C’est le mot qui convient pour qualifier cette quatrième séance du débat sur la transition énergétique, parasité par une obstruction systématique de la droite.

  1. L'entame du débat est plutôt bonne, avec une ministre qui tient bon sur ses positions et se félicite de l'ambiance de travail au sein de la majorité parlementaire…
  2. Mais très vite, il apparaît que l'UMP n'a qu'un but : faire de l'obstruction. En "dépensant" son temps de parole dans des digressions interminables, elle condamne l'ensemble de l'assemblée à expédier l'examen du reste du texte en quelques heures, sans réel débat puisque l'opposition ne pourra plus s'exprimer…
  3. Après la suspension du dîner, on espère une attitude plus constructive de la droite…
  4. Mais rien ne change, et le président du groupe communiste dénonce l'attitude de l'UMP, qui ne cherche au final qu'à s'assurer un week-end tranquille…
  5. Du côté des député-e-s de la majorité comme des internautes accros au débat, la déception est à son comble et les tweets denonciateurs se multplient
  6. Aux députés UMP qui présentent la fermeture de Fessenheim comme "un danger" pour l'approvisionnement énergétique du pays, Denis Baupin rappelle sèchement que, depuis le début des débats en commission sur la loi, la centrale est une nouvelle fois à l'arrêt pour des difficultés techniques, sans que l'Alsace soit plongée dans le noir…
  7. Mais la droite n'a de cesse d'agiter les peurs, et de s'enfoncer dans les provocations…
  8. Même les alliés de l'UMP s'offusquent de l'attitude irresponsable de leurs collègues de droite…
  9. Et la soirée se finit sans suprise, et dans l'amertume de ceux qui souhaitaient que ce travail législatif soit l'occasion d'un bel exercice de confrontation démocratique et de coopération entre les familles politiques, sur un sujet aussi essentiel pour l'avenir du pays…
Read next page
 » readonly= »readonly » class= »story-link »/>