ET SI LA RÉINDUSTRIALISATION PASSAIT PAR L’ÉCOLOGIE ?

« Ecologie et industrie. Voilà deux mots, qui sans être des oxymores, ne sont pas associés dans notre imaginaire collectif. »  Pourtant, « pas d’avenir durable pour l’écologie sans la mise en œuvre d’une nouvelle économie socialement viable ; pas d’avenir pour l’industrie européenne sans un virage déterminé vers des modes de conception, de production et de transport intégrant les impératifs écologiques. » Ces quelques mots de Pascal Durand qui introduisent le livre vert de l’industrie ouvrent une réflexion indispensable pour  résoudre non pas la mais les crises auxquelles la France est confrontée.  

 

Première étape publique de cette réflexion : le colloque coorganisé par le groupe à l’Assemblée nationale et la commission économie du parti. Pour en retrouver les principaux moments, cliquez ici


Le colloque co-organisé par Europe Ecologie Les Verts  et le groupe écologiste à l’Assemblée nationale fut l’occasion d’un dialogue riche et productif sur la situation de l’industrie française et européenne, sur les difficultés qu’elle rencontre depuis plusieurs années et l’opportunité que constitue la transition écologique en termes de redressement industriel et de développement durable. Dans cet esprit, près de deux-cents personnes ont écouté successivement divers responsables du champ économique, politique et syndical. A l’ouverture de cette matinée, François DE RUGYco-présidents du groupe écologiste et Arnaud MONTEBOURG, ministre du redressement productif, ont exposé les grands enjeux auxquels l’action publique fait face lorsqu’elle cherche à concilier écologie et industrie.  

 

Dans le cadre de la première table ronde intitulée « Quels choix stratégiques pour réindustrialiser les territoires ?», François-Michel LAMBERT, député écologiste des Bouches du Rhône, Agnès MICHEL, responsable de la commission économie d’EELV, Yannick JADOT, eurodéputé EELV, Karine BERGER, députée socialiste des Hautes-Alpes, Hervé PICHON,  délégué pour les relations avec les institutions publiques – PSA Peugeot Citroën, Véronique DOSDAT,  directrice des affaires Publiques du groupe Renault, Philippe PORTIER, secrétaire national de la Fédération Générale des Mines et de la Métallurgie CFDT et Sabine ENJALBERT, directrice générale de l’Agence Régionale de Développement Ile-de-France, ont tour à tour exposé leurs points de vue aussi éclairants que complémentaires.

 

Puis, à l’occasion du deuxième temps fort de la matinée,  Michèle BONNETON, députée écologiste de l’Isère, Christophe PORQUIER, délégué industrie de la commission économie d’EELV, Alain MESTRE, consultant au cabinet Syndex, Pascal LAGARDE, directeur de la stratégie de la BPI, Jean-Claude ANDREINI, vice-président du COSEI, Frédéric GRIVOT, vice-président de la CGPME  en charge de l’industrie, Gabrielle GAUTHEY ,vice-présidente, chargée des affaires publiques et membre du Comité de direction d’Alcatel-Lucent, Philippe VERBEKE, responsable CGT d’ARCELOR MITTAL et Aline ARCHIMBAUD, sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis, se sont exprimés  lors de la deuxième table ronde « Quelles filières, quelles technologies pour demain ?  ». 

 

 

Enfin, les interventions de Barbara POMPILI, co-présidente du groupe écologiste à l’Assemblée nationale et de Pascal DURAND, secrétaire national EELV, ont clos ce grand moment de réflexion.

 

« Nos propositions sont ambitieuses, parce que nous avons le devoir d’être ambitieux pour faire face à la crise industrielle que nous vivons » a déclaré Barbara Pompili. « Il s’agit non seulement d’y répondre, mais aussi de consolider notre industrie et de l’implanter au plus près des territoires pour la rendre moins vulnérable aux changements de conjoncture. Cette réorientation stratégique de notre outil industriel est nécessaire pour faire face aux difficultés économiques que connait la France ; mais elle est aussi l’occasion de repenser nos modes de production » 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    ZIELINSKI Nicolas (samedi, 27 avril 2013 22:56)

    J’ai trouvé ce colloque très instructif. Il était intéressant de constater que certaines solutions technologiques préconisées aujourd’hui pour relancer l’économie (comme le moteur 2 litres/100 km) par le gouvernement, par les représentants du patronat ou par les syndicats ouvriers, sont les propositions que Les Verts au parlement européen défendaient autour des années 2000. www.facebook.com/nicolas.zielinski.77

  • #2

    Elus EELV (mardi, 30 avril 2013 21:12)

    Un compte-rendu intéressant avec les moments forts de ce colloque, les solutions préconisées sur le site EELV de Pantin : http://www.ecologie-pantin.fr/index.php/elus/item/349-psa-aulnay-arcelormittal-le-temps-de-la-transition-écologique-de-lindustrie

  • #3

    Antigaspi (samedi, 11 mai 2013 08:15)

    Et si les articles n’étaient pas des coquilles vides…
    Avec des listes de noms et pas une idées…
    Et le mot ambitieux…