Avec le contrat alimentaire territorial, les écologistes contribuent à inscrire dans la loi un outil au service de l’agriculture relocalisée

Lors de l’examen du projet de loi pour l’avenir de l’agriculture, l’alimentation, et la forêt qui se déroule en ce moment à l’Assemblée nationale, les député-e-s écologistes ont fait adopter la création d’un outil novateur : les contrats alimentaires territoriaux.

Initiés par les collectivités locales et les acteurs économiques territoriaux et co-construits à partir d’un diagnostic agricole, sanitaire, et environnemental, les contrats alimentaires territoriaux concrétiseront des dynamiques d’acteurs et de collectivités souhaitant « penser » collectivement et territorialement un projet pour l’alimentation de leurs concitoyens.

Brigitte Allain, cheffe de file des députés écologistes sur cette Loi complète : « Notre projet économique et agricole mise sur le respect de l’environnement et l’incitation des pratiques collectives dans les territoires. Ce contrat en est la parfaite traduction et un outil d’avenir. On pense que l’on pourra faciliter la structuration de circuits courts, et de coopération entre producteurs, l’approvisionnement en produits bio et locaux des restaurants collectifs, ou encore l’installation d’agriculteurs dans un bassin de vie. »


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    pascal Frissant (samedi, 11 janvier 2014 11:11)

    Bravo les élus! il y aura des gens pour vous reprocher milles choses. Moi je suis trés satisfait que vous ayez défini un champs du possible collectif. Nous en parlions il y a 30ans (cf colloque nouvelles campagnes de Rennes) en 1985 je crois.
    La mise en place sera plus difficile, surtout dans l’ état actuel de la Confédération Paysanne.

    Pour être au civam(LR), j’ aimerais connaitre la réaction de militants et responsables Civam branché sur cet échange.

  • #2

    Hortolan Jean-Christophe (dimanche, 12 janvier 2014 18:54)

    Bravo pour cette avancée
    Espérons que la réforme de la transmission des terres (donc la réforme des SAFER) sera possible, elle est un frein majeur à toute avancée.
    Bon, courage
    JC Hortolan
    Conseiller régional Poitou-Charentes

  • #3

    Raphaël Souchier (mardi, 14 janvier 2014 09:37)

    Bravo pour cette initiative qui devrait, si elle est maintenue, transformer en outil officiel une pratique que l’on voit se dessiner sur le terrain dans les régions françaises, à l’image des Systèmes Locaux de Nourriture qui se développent (bien que généralement sans cadre légal spécifique) dans d’autres pays. Cela devrait accélérer la mise en place d’une économie de la nourriture à la fois plus locale et plus soutenable.