Investissements d’avenir : le début d’un verdissement ?

En présentant les investissements d’avenir, le premier ministre a insisté sur les enjeux de transition écologique et les a déclinés dans plusieurs domaines, notamment ceux de l’énergie et des transports.
Les député-e-s écologistes prennent acte avec intérêt de cette affirmation claire et d’un certain nombre d’annonces concrètes qui vont dans le bon sens : nouveaux crédits pour la rénovation urbaine (5 milliards), déblocage d’1,5 milliards d’euros par an pendant deux ans pour la rénovation énergétique des logements (avec ouverture aux particuliers dès septembre 2013), mise en place des compteurs électriques intelligents pour permettre aux ménages de maîtriser leurs consommations…
Par ailleurs, les écologistes notent avec attention l’annonce de l’attribution à l’ADEME de la moitié de la dotation de 2,3 milliards d’euros consacrée à la transition énergétique et écologique et la construction urbaine durable. Dans le contexte actuel, il est primordial d’assurer un financement pérenne de cette agence afin de lui permettre de mener à bien ses missions.
Dans le domaine des transports, les écologistes soutiennent la priorité donnée aux transports ferroviaires et notamment à la modernisation des lignes de train classique pour le fret et les liaisons interrégionales, délaissées depuis plusieurs décennies.
En annonçant des commandes de trains neufs pour les liaisons « intercités » pour un montant de 500 millions d’euros dès cet été 2013, puis en réactivant les contrats de projets État-Régions, le gouvernement se donne les moyens d’agir concrètement sur les transports du quotidien qui permettent de réduire la dépendance à l’automobile dans tous les territoires de France.
Enfin, Jean-Marc Ayrault a donné une consigne claire à Louis Gallois, commissaire général à l’investissement : il devra soumettre à une éco-conditionalité 50% des aides du « Programme d’investissements d’avenir » qui s’adresse aux projets innovants des entreprises. C’est un changement intéressant, qui demande à être confirmé dans les actes et à être généralisé à 100% des projets soutenus par l’État.
Les député-e-s écologistes saluent ces annonces dans le sens d’une engagement écologique plus fort du gouvernement. Ils seront particulièrement vigilants sur l’application et la mise en œuvre de ces annonces.

Si le gouvernement a entamé le verdissement des investissements d’avenir, il doit être au rendez-vous, demain, pour d’autres échéances importantes : budget et fiscalité écologique, conférence environnementale et loi sur la transition énergétique.


Écrire commentaire

Commentaires : 0