Les député-e-s écologistes soutiennent Vincent Peillon

 

La méfiance envers l’école et l’éducation est une caractéristique commune à tous les obscurantismes.

 

Ce n’est donc pas par hasard si les groupuscules de la nébuleuse factieuse qui s’est exprimée dimanche dernier dans la rue font cause commune pour diffuser les rumeurs les plus grotesques sur les programmes de l’enseignement scolaire.

 

Prétendant lutter contre l’imposition d’une « théorie du genre » qui n’est qu’un fantasme, ces groupuscules tentent de créer la panique chez les parents d’élèves et appellent au retrait des enfants de l’école.

 

« Démonstration de sexualité », « éducation à la masturbation », « négation du sexe des enfants », « promotion de l’homosexualité »… Derrière ces affirmations délirantes s’expriment le refus de l’égalité des sexes et l’homophobie ordinaire. Ce qui est en jeu est tout autre : la sensibilisation des enfants à la lutte contre les stéréotypes de genre.

 

Un certain nombre de familles ont pu, en toute bonne foi parfois, décidé de retirer leurs enfants de l’école.

 

Cette réalité désolante s’est probablement trouvée amplifiée par l’attitude de certains élus de l’opposition comme Monsieur Copé qui, pour des raisons bassement électoralistes, se sont faits les porte-parole de groupuscules complotistes ou intégristes.

 

Le groupe écologiste soutient pleinement le ministre de l’éducation nationale qui est parfaitement dans son rôle lorsqu’il demande aux enseignants d’entrer en contact direct avec les parents qui ont soustrait leurs enfants à l’obligation scolaire : l’échange et la discussion entre parents et enseignants sont les moyens les plus adaptés pour lutter contre ces manipulations de l’opinion, et de manière générale pour assurer un bon fonctionnement de l’école.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    lebon (jeudi, 06 février 2014 17:14)

    ECOLO : vous avez complètement perdu ce pourquoi on vous a élu : ECOLOGIE et non SOCIETAL. il est à craindre qu’aux prochaines élections vous fassiez encore moins en pourcentage