Les opérations les plus spéculatives n’ échapperont plus à la taxe sur les transactions financières

La taxe sur les transactions financières, dont une partie de la recette sert à financer la solidarité internationale et qui a également pour objet de dompter les excès de la spéculation financière souffrait depuis 2012 d’une grave insuffisance : les transactions réalisées sur une seule et même journée, donc les plus spéculatives et les plus toxiques, en étaient exclues.

Un amendement, voté aujourd’hui à l’assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances 2016, vient enfin corriger cette faille extrêmement néfaste : à compter du 31 décembre 2016, ces transactions seront soumises à la taxe.

Les députés écologistes s’en félicitent.

Cela constitue une avancée considérable qui permettra  d’abonder les fonds de solidarité internationale, notamment pour faire face aux responsabilités qui sont celles des pays européens pour assurer leur devoir de soutien au développement menacé par le changement climatique, la pauvreté et les pandémies.

Chaque fois qu’ils le pourront les députés écologistes choisiront d’agir avec détermination pour faire avancer la France sur le chemin d’une finance maitrisée.