Loi de transition énergétique : une avancée majeure, à enrichir au Parlement

Pour la première fois de notre Histoire, le Parlement va être amené à voter une loi définissant la politique énergétique. Et cette loi organisera la décroissance de notre dépendance au nucléaire et aux énergies fossiles au profit de l efficacité energetique et des énergies renouvelables. Elle mettra en oeuvre le compromis passé entre les écologistes et les socialistes avant 2012. Contrairement à ce qu’espérait le lobby nucléaire, PDG d’EDF et Arnaud Montebourg en tête, le gouvernement n’est pas revenu sur l’engagement de François Hollande de réduire la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d’électricité à l’horizon 2025.

Comme l a souligné Denis Baupin, Vice President de l Assemblée Nationale, « la transition énergétique est non seulement une obligation écologique, mais aussi une formidable opportunité économique face à la crise : elle peut permettre de créer des centaines de milliers d emplois non délocalisables, redonner du pouvoir d achat aux ménages, et réduire notre dépendance aux importations energetiques ».

Lors du débat parlementaire, les écologistes seront particulièrement attentifs :
– au fait que l Etat reprenne la main sur EDF pour organiser la décroissance du nucléaire (50% du mix électrique en 2025), encadrer la durée de vie des reacteurs et valider les grands choix d’investissement
– au choc de simplification en faveur des renouvelables afin qu il ne faille plus 8 ans pour construire des éoliennes (4 ans en moyenne en Europe) dans notre pays, pour développer le solaire, la biomasse, la géothermie, les énergies marines, etc.
– à la généralisation de l efficacité energetique dans tous les domaines : non seulement le bâtiment, mais aussi la mobilité, l industrie, les appareils de grande consommation, etc.
– au renforcement des dispositifs organisant la mutation vers des transports propres et sobres en énergie 
– à la décentralisation des compétences pour faire des régions et des intercommunalites des acteurs majeurs de l efficacité, de la production renouvelable et de la distribution d energie
– au financement de la transition, à la fois au travers de la loi de finances et d une fiscalité incitative, mais aussi de la mobilisation des acteurs financiers et bancaires

La transition énergétique sera une loi majeure du quinquennat. Les écologistes y prendront toute leur part.

Denis Baupin, député de Paris
Vice-président de l’Assemblée nationale
Co-rapporteur de la loi énergie

François de Rugy et Barbara Pompili
Co-présidents du groupe écologiste à l’Assemblée nationale