Ondes électromagnétiques : L’Assemblée nationale adopte la troisième loi écologiste de la législature

On parlera donc désormais de la « loi Abeille ».

Porté depuis deux ans par la députée écologiste du Val-de-Marne membre de la commission du développement durable, les principes de sobriété dans l’exposition aux ondes électromagnétiques, d’information et de protection des utilisateurs face aux risques, de concertation lors de l’installation d’antennes-relais sont enfin inscrits dans la loi.

« C’est une grande satisfaction car le texte adopté est le fruit d’un travail de conviction, de précision, d’écoute des acteurs, estime Laurence Abeille. Il ne prétend pas répondre pas à tout, mais il constitue un compromis utile, et fait progresser la transparence. Il est l’illustration du fait que protection de notre environnement et prise en compte des risques sanitaires ne sont en rien incompatibles avec le développement technologique et la diffusion des usages des nouvelles technologies. »


L’Assemblée nationale, en adoptant le texte issu des travaux du Sénat, vient donc de consacrer la troisième loi écologiste de la législature, la première issue du groupe écologiste de l’Assemblée nationale, les deux premières (sur le statut de lanceurs d’alertes sanitaires et environnementales d’une part et la limitation de l’usage de produits phytosanitaires de l’autre) étant d’origine sénatoriale.


« Ce texte a été adopté grâce au dialogue avec le gouvernement et au sein de la majorité de l’Assemblée, notamment François Brottes, président de la commission des Affaires économiques», estime François de Rugy, coprésident du groupe.


 « Et, après le statut des lanceurs d’alertes et la limitation de l’usage es produits phytosanitaires, avec cette loi Abeille, chacun peur constater que l’action parlementaire des écologistes fait progresser concrètement l’écologie dans la vie quotidienne des Français », conclut Barbara Pompili. 



Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Ch Mouremble (jeudi, 29 janvier 2015 17:38)

    Un grand merci à Mme Abeille et ses supporteurs pour son engagement et sa ténacité pour faire aboutir cette loi, qui est un GRAND premier pas vers la reconnaissances des risques liés à l’exposition aux champs électromagnétiques.
    Informaticienne à la retraite, ayant travaillé dans les réseaux et les applications de domotique en WIFI, j’a été diagnostiquée atteinte du SICEM (syndrome intolérance aux schnaps électromagnétiques) en 2011, après un long parcours de souffrances et d’incompréhension de la part de la médecine officielle.

    Puisse cette loi faire prendre conscience de la réalité de cette maladie émergente et des risques encourus par tous.

  • #2

    Francoise Guendon (jeudi, 29 janvier 2015 17:47)

    Bravo pour votre long combat
    En espérant que nous électrohypersensibles seront enfin reconnus et correctement aidés

    Une électrohypersensible de Cannes en souffrance qui ne peut plus dormir chez elle mais qui , à 70 ans passés, ne peut se résoudre à quitter sa maison acquise si difficilement.

  • #3

    Rinaldi (vendredi, 30 janvier 2015 07:26)

    MERCI A LAURENCE ABEILLE et honneur à vous
    Députée à l’Assemblée nationale le 17 juin 2012 sous l’étiquette Europe Écologie Les Verts
    Félicitations à vous pour avoir été jusqu’au bout de ce projet de Loi, pour votre détermination, votre esprit combatif, face aux lobby de la téléphonie .

    Des dizaines de décrets de projets de Loi n’ont jamais franchies le seuil de l’Assemblée Nationale
    Après avoir été votée à l’Assemblée Nationale en première lecture le 23 janvier 2014, la proposition de loi Ondes, initiée par la députée Laurence Abeille (EELV), et aussi adoptée ce Jeudi 26 juin 2014 par le Sénat.

    Puis à la Commission des affaires économiques : exposition aux ondes électromagnétiques (2ème lecture)
    La proposition de Loi de Laurence Abeille a été adoptée malgré la négation totale de madame Laure de La Raudière

    Ce que nous pensons de cette petite loi antennes et pollutions en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques.
    Bien frileuse et incomplète !
    1-Nous n’avons pas gagné la concertation obligatoire et l’information car elle existait déja par des accords avec L’AMF (Association des Maires de France) : cela promet de belles réunions à voir si nous aurons la vraie information!
    2-Pour la publicité interdite au moins de 14ans pour les tablettes: cela n’empêchera pas les gens d’en acheter.Et surtout il n’est rien précisé pour les futurs nouveaux appareils, comme le stylo wifi et le bracelet pour enfants.
    3-La coupure du wi-fi dans les écoles primaire quand il n’est pas utilisé:
    Durant toute la durée d’irradiation pour ces activités pédagogiques les enfants seront dans un bain de wifi pendant des heures tous les jours, NON nous refusons, c’est inacceptable il existe le CPL , le satellite clic.
    4-La modération de l’exposition : qui ne veut pas dire grand chose, un peu comme le principe ALARA aussi bas que possible !. Qui décidera de cela jusqu’à quel taux ?
    5-La demande de rapport sur l’électro-hypersensibilité, intolérance aux champs électromagnétiques dont souffrent certaines personnes.
    Le rapport est déjà sur tous les sites d’associations d’électrosensibles.
    Avec des témoignages voir aussi nextup, Robin des toits clic, le CRIIREM ,L’ASEF.
    Clic:Télécharger «Les coordinations Française et étrangères .pdf ».
    Pourquoi encore perdre du temps ont le sait que les gens sont malade à proximité d’antennes-relais et à cause du WIFI, puis d’autres pollutions intérieures. Voir que pensent les scientifiques.
    Concertation, information, publicité interdite, coupure du wi-fi, modération de l’exposition, rapport
    Eh bien cela n’est pas suffisant, ce que nous voulons est:
    La baisse du taux d’émissions de ces ondes et plus d’antennes, il est mensonge que de dire qu’il faudra les multiplier par 3, d’autres villes en Europe sont à 0,6 V/m et cela fonctionne voir ici « En France scandale, exemple pour Grenoble seulement x 1,6
    Et absolument pas d’implantations près des habitations, des sites sensibles écoles etc..(500 m minimum).
    Là ou nous sommes satisfait et le fait que les opérateurs doivent refaire une demande auprès de L’ANFR, du Maire ou au président des communautés de communes pour toutes modifications, susceptible d’avoir un impact sur le niveau de champs électromagnétiques émis par celle-ci. Reste à définir la susceptibilité!
    Jean RINALDI
    Président CCARRA

  • #4

    Sylvie GALLIZIO (dimanche, 13 décembre 2015 00:16)

    Merci Mme ABEILLE pour votre combat et votre ténacité pour faire avancer les choses.

    Je tenais à apporter mon témoignage afin qu’il puisse aider d’autres personnes à se reconnaitre comme électrosensible.

    Je viens de découvrir que j’étais électrosensible après des années de souffrances et de troubles incompréhensibles, mes symptômes après avoir passé la nuit dans un lieu où il y a de la wi-fi :

    Une fortes Migraine partant de la nuque jusqu’en haut du crâne, cette douleur intense m’oblige à me lever très tôt et toute la journée je vomis de l’eau et de la bile sans rien pouvoir avaler jusqu’au lendemain pas même un comprimé et ce avec un mal de tête horrible pendant plus ou moins vingt heures.

    Sylvie GALLIZIO