ALORS QUE LA FRANCE COMMEMORE LE DRAME DE TOULOUSE, LA COMMISSION D’ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR LES ACTIVITES DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT EST AU TRAVAIL.

Au lendemain de la date anniversaire du terrible drame de Toulouse, les député-e-s écologistes rappellent leur volonté déterminée de voir toute la lumière faite sur le fonctionnement des services de renseignement.

Les écolodéputé-e-s se félicitent des engagements clairs exprimés dimanche par le président de la République devant les familles des victimes, et attendent de l’enquête judiciaire en cours qu’elle se déroule sans entrave et qu’elle détermine la vérité des faits et établisse les éventuelles responsabilités.

Du point de vue du fonctionnement des institutions, et sans empiéter sur les prérogatives de la Justice, le groupe écologiste a obtenu la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les services de renseignement.

Il s’agit de mieux cerner les modes de fonctionnement, de coopération et d’action des services concernés, et de proposer des pistes d’évolution susceptibles d’éviter que les « erreurs, les failles et les fautes » pointées par Manuel Valls, ministre de l’intérieur se reproduisent à l’avenir.

Présidée par Christophe Cavard, député du Gard, cette commission d’enquête a entamé ses auditions : la plupart d’entre elles sont publiques, et accessibles sur le portail video de l’Assemblée nationale.

C’est dans ce cadre que seront auditionnés ce jeudi les syndicats de police, dont certains avaient déjà pointé des dysfonctionnements dans le drame toulousain.

Une table ronde réunira, à partir de 16 heures 30, des représentants du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), du Syndicat Synergie officiers, du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure, du Syndicat SGP-Unité (FO) et du Syndicat UNSA Police.

Cette audition est ouverte à la presse et sera retransmise sur le site Internet de l’Assemblée nationale.


Écrire commentaire

Commentaires : 0