ERIC ALAUZET : CONTRE LES PARADIS FISCAUX, QUELLE DETERMINATION ?

Dopée par l’existence de paradis fiscaux, la Finance sans règles constitue un danger pour l’économie.

 

Quelles règles et quelles limites la majorité est-elle appelée à fixer ? C’est le sens de la question d’Eric Alauzet à Pierre Moscovici.

Monsieur le Ministre de l’économie et des finances,

 

Le projet de loi bancaire traduit la volonté de la représentation politique de reprendre la main sur la finance.

 

Protéger l’épargne des déposants, protéger le contribuable face à une éventuelle faillite bancaire. Orienter l’épargne vers l’économie durable, vers les entreprises et vers l’emploi, tel est l’enjeu.

 

Pour ce faire, Monsieur le Ministre, les écologistes sont engagés. Vous l’avez souhaité, nos propositions sont prêtes déjà intégrées pour partie au projet de loi par la commission des finances. Nous attendons effectivement de ce projet qu’il marque notre engagement contre les paradis fiscaux

 

L’obligation de transparence pour les filiales bancaires constituera une première et un premier pas. Elle permettra d’évaluer l’activité réelle des banques dans l’ensemble des pays en mettant en parallèle leur chiffre d’affaire et leurs effectifs.

 

Des paradis fiscaux où les impôts s’évaporent pour générer ici de l’austérité, où fleurissent les produits financiers risqués qui tôt ou tard mettront à bas la finance et l’économie mondiale, où se perd le contrôle des transactions financières.

 

C’est un des problèmes des lasagnes de Findus où l’on découvre le cheminement tortueux de la viande dans trois paradis fiscaux, Chypre, le Luxembourg et les Pays Bas.

 

Les paradis fiscaux fonctionnent comme des boîtes noires qui privent de ressources et les Etats et l’économie et qui menacent la finance mondialed’une étincelle qui fera tout sauter.

 

La France sera la première mais la réussite ne sera réelle que si les projets à l’étude en Europe viennent rapidement conforter et amplifier le nôtre. Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous confirmer votre détermination à lutter contre les paradis fiscaux ? A accorder une attention particulière à la spéculation sur les matières premières agricoles ? A mettre la politique au coeur de la finance ? A remettre un visage sur la finance ?


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Moi même (mercredi, 13 février 2013 11:49)

    Les députés vont ils s’interdire d’auditionner Denis Robert, qui a révélé l’affaire Clearstream, et qui vient après des décennies de procédure de gagner devant la cour de cassation.
    les SUJETS que les députés pourraient investiguer seraient par exemple :

    La Caisse de compensation
    L’Intérêt notionnel

    Merci pour vos travaux, NS sommes avec vous.