LES ECOLOGISTES OBTIENNENT LA CREATION D’UNE COMMISSION D’ENQUETE SUR LE RENSEIGNEMENT INTERIEUR

C’est un combat historique des écologistes et plus particulièrement de Noël Mamère qui se concrétise, avec la création avalisée ce mercredi d’une « commission d’enquête parlementaire sur le fonctionnement des services de renseignements français dans le suivi et la surveillance des mouvements radicaux armés ».

« L’affaire Merah qui a confronté notre pays à l’expression d’une violence sourde et sans visage, mais également Tarnac ou Karachi où les zones d’ombres restent importantes renvoient les élus à leur devoir de contrôle et d’évaluation des politiques publiques », estime Christophe Cavard, premier signataire de la résolution écologiste.

Le travail de la commission portera sur le fonctionnement des services de renseignement et non sur des affaires que seule la justice aura à juger.

La création de la DCRI, que la droite au gouvernement nous présentait en 2007 comme « le FBI à la française », a suscité de nombreuses interrogations.

La DCRI est censée assurer tout autant des missions de renseignement que de police judiciaire dans les domaines du contre-espionnage ou de l’antiterrorisme. L’enquête aura notamment pour but d’améliorer le fonctionnement de ce service aux missions fusionnées.

Cette amélioration s’entend non seulement à l’aune de la protection des citoyens, mais aussi à l’aune de l’évolution démocratique de notre société et du respect nécessaire des droits de l’individu.

Parce qu’il est trop facile de pointer les agents publics en charge de ces services sans s’interroger sur le contexte politique et administratif, la mission devra en particulier s’interroger sur les moyens alloués, sur l’organisation choisie ou encore sur les priorités fixées.

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0