« POUR L’ECOLE, LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT ! »

C’est en ces termes que Barbara Pompili a réaffirmé le soutien des députés écologistes à la loi sur la refondation de l’école. Meilleures conditions d’apprentissage, rythmes de travail plus adaptés, amélioration de l’accompagnement des élèves… tels sont les objectifs de la majorité présidentielle pour faire de l’excellence scolaire une priorité. A cet effet, la coprésidente du groupe écologiste demande à Vincent Peillon de préciser comment et selon quel calendrier il entend mener la concertation pour aboutir enfin à une remise à plat d´un calendrier global de l’année scolaire.

Monsieur le ministre,

Vous venez d’évoquer l’allongement de deux semaines de l’année scolaire, afin d’offrir aux élèves les conditions les plus propices aux apprentissages.

Cette perspective s’inscrit dans continuité de la réforme globale que vous portez.

Avec la semaine de cinq jours, les élèves français bénéficieront d’un nombre de journées de cours comparables à leurs camarades européens et d’un rythme de travail adapté aux standards reconnus par tous les spécialistes de l’enfance. 

 

Permettez-moi de vous dire le soutien déterminé des écologistes à cet objectif. Le changement, c’est toujours perturbant. Le changement, c’est toujours difficile à mettre en œuvre. Mais le changement, c’est maintenant… et ce n’est pas nous qui allons-nous en plaindre.


Parce que c’est de l’intérêt des élèves qu’il s’agit… alors que tous les indicateurs pointent à la fois un creusement des inégalités scolaires et un décrochage de notre enseignement par rapport aux autres pays européens. Le statu quo n’est pas, dans un tel contexte, une option. Mais aussi parce que ce changement de calendrier permet l’évolution des pratiques pédagogiques et s’accompagne de moyens nouveaux, notamment en matière de personnels et via le fonds d’accompagnement. Si nous plaidons pour la pérennisation de ce fonds – et surtout pour une péréquation pour réduire les inégalités entre territoires – n’oublions pas que c’est la première fois que l’Etat cofinancera le périscolaire.

 

Alors, Monsieur le Ministre, laissons les polémistes polémiquer, laissons la droite qui a cassé l’école hier tenter de se refaire aujourd´hui une santé politique en instrumentalisant les craintes qui s’expriment, et venons-en au fond. Pouvez-vous nous préciser comment et selon quel calendrier vous entendez mener la concertation pour aboutir enfin à une remise à plat d´un calendrier global de l’année scolaire qui n’est pas plus adapté à la vie des familles qu’à l’intérêt des enfants ?


Écrire commentaire

Commentaires : 0